Animation nature sur la Réserve Naturelle Nationale de la Pointe de Givet

V. Graitson-Schmitt/CENCA
26 Juin 2017

Samedi 24 juin, douze personnes ont répondu présentes à l'appel du Conservatoire d'espaces naturels de Champagne-Ardenne pour découvrir la petite faune des Terres d'Haurs à Rancennes. De nombreuses espèces de papillons, de criquets et de sauterelles ont pu être admirées, tout comme de nombreux indices de présence de mammifères comme l'Ecureuil roux, la Marte des pins, le Blaireau, le Chevreuil et le Sanglier. L'intérêt écologique des différents milieux a été présenté ainsi que les différentes méthodes de gestion pour les préserver. C'est ainsi qu'à la fin de l'été, une centaine de moutons et de chèvres pâtureront les pelouses et prairies sèches de la réserve afin d'éviter leur colonisation par les ligneux.

Didier, notre conservateur bénévole, qui montre un papillon et explique son mode de vie @V.Graitson-Schmitt/CENCA
Le Moyen Nacré @V.Graitson-Schmitt/CENCA

Ce papillon de la famille des nymphalidés fréquente les lisières et clairières forestières dans la réserve. Il est rare et est inscrit de ce fait en Liste Rouge Régionale. Chez nos voisins, ce papillon est devenu en très peu de temps l'une des espèces les plus menacées de Wallonie.

A lire également

  • Maison de l'étang - vu de derrière

    Ancienne maison de l'étang - RNR des étangs de Belval-...

    Le 23/02/2018
    Depuis que la réserve a été créée, les gestionnaires recherchaient des photos de l'ancienne maison de l'étang qui avait disparu suite à un incendie dans les années 1995. Cette maison a été un lieu de vie incontournable des étangs de Belval. Elle a servi de maison pour le gardien de l'étang pendant de nombreuses années avant de devenir un gîte.
  • Travaux sur la Butte de Taloison
    © Romaric Leconte / CENCA

    Plus de lumière pour les habitants de la Butte de Taloison

    Le 22/02/2018
    Site naturel emblématique du sud du Plateau de Langres, la Butte de Taloison subit inlassablement les assauts des pins qui se ressèment et grandissent. Au risque de faire disparaître, à terme, cette pelouse sèche si particulière – un type montagnard très rare ici – et les espèces qui y vivent. Les naturalistes et le CENCA, gestionnaire de ces parcelles communales depuis 1990, ont fait le choix de lutter contre cette fermeture du milieu.