Un chantier débroussaillage pour le Liparis de Loesel sur le marais de Cormicy (51)

©P. Amblard (CBNBP)
15 Novembre 2017

Le marais de Cormicy présente une grande diversité de groupements végétaux de zones humides : roselière à Marisque, schoenaie à Choin noirâtre, molinaie à Orchis négligé, saulaie à Saule cendré ou encore Aulnaie-frênaie à Cerisier à grappes.  Cette mosaïque d’habitats naturels permet au site d’abriter une faune et une flore remarquables et adaptées aux conditions biologiques des milieux humides.

Certaines espèces floristiques du marais, comme la Grassette commune, la Petite utriculaire ou l’Orchis des marais sont jugées patrimoniales et bénéficient d’un suivi annuel mené par le CENCA.

Parmi elles, une autre espèce est également très recherchée en vain depuis quelques années sur le marais : le Liparis de Loesel, plante protégée à l’échelle nationale et bénéficiant d’un plan régional d’actions piloté par le Conservatoire botanique national du Bassin Parisien (CBNBP) et la DREAL Grand-Est. La dernière observation de l’espèce sur le marais date de 2005 (MIROIR J.).

Le Liparis était pourtant bien connu sur le site comme le révèle des données historiques de 1898 (GENEAU DE LAMARLIERE L.), 1991 (THEVENIN S. & WORMS C.), 1992 (DIDIER B.) et 2000 (THEVENIN S.).

L’abandon depuis plusieurs décennies du pâturage (le site était pâturé au début du 20ème siècle) et la plantation de peupliers (avec drainage) ont entrainé un embroussaillement assez généralisé du marais (colonisation par la Bourdaine, le Bouleau et le Saule cendré) ainsi qu’une densification du couvert végétal (notamment des roselières à Marisque) entrainant la raréfaction des habitats de prédilections du Liparis (vasques tourbeuses engorgées d’eau, riches en Trèfle d’eau et en tapis muscinaux notamment à Scorpidium cossonii).

Ainsi, en parallèle des travaux d’abattage et de débroussaillage prévus ces prochaines années, le CBNBP et le CENCA ont mis en place en 2017 un dispositif expérimental destiné à suivre l’évolution de la végétation de bas-marais et de roselière à Marisque après une fauche exportatrice de la végétation.

La première phase de cette opération a débuté ce mois-ci. Actuellement, 3 secteurs tests de 25 m² ont été identifiés et débroussaillés.  Un état initial de la végétation a été réalisé par le CBNBP à l’aide de quadrats de 2 x 2 m, et le débroussaillage a été effectué par le CENCA.

Cette gestion test par fauche exportatrice permettra, grâce à un suivi en parallèle de la flore et des habitats, d'observer les effets de cette méthode de gestion. Cette opération pourrait être favorable à quelques plantes patrimoniales dont le très rare Liparis de Loesel !

Cette opération sera renouvelée l’an prochain et de nouveaux secteurs tests pourront être mis en place. Premiers résultats en 2018 ! 

Débroussaillage du marais par le CENCA ©P. Amblard (CBNBP)
Marais de Cormicy ©P. Amblard (CBNBP)
Carré de suivi 2x2 ©P. Amblard (CBNBP)

A lire également

  • Sorties natures sur la RNN de l’Etang de la Horre

    Le 10/09/2018
    Cette année 2018 deux sorties nature ont été menées sur la RNN de l’Etang de la Horre. En effet, dans le plan de gestion de la réserve la découverte du site par le grand public, touristes et locaux fait partie des objectifs.En Juillet une sortie généraliste sur la faune et la flore et une autre sur les insectes furent réalisées avec de petits groupes à la demande de particuliers.
  • Rousserolle turdoÏde
    Rousserolle turdoïde

    Suivi des oiseaux paludicoles de la RNN de l’Etang de la...

    Le 07/09/2018
     Qu’est ce que c’est « paludicole » ? :Ce mot vient du latin palus, paludis, « marais, étang » et colo, « habiter » et signifie donc littéralement « qui habite les marais ». Les espèces d’oiseaux vivants dans les roselières et les bords d’étangs ou de marais sont donc des oiseaux dits paludicoles.