Formation botanique sur la Réserve Naturelle Nationale de la Pointe de Givet

Photo de A. d'Ocquier
21 Août 2017

Le jeudi 13 juillet, une dizaine de personnes incrites au stage de perfectionnement à la botanique organisé par les Cercles des Naturalistes de Belgique ont parcouru le sentier du Mont d'Haurs à Givet.

Plusieurs espèces rares de la réserve ont ainsi permis à ces botanistes en herbe de s'exercer à la détermination des plantes.

Un partenariat entre le Conservatoire d'espaces naturels de Champagne-Ardenne et les Cercles des Naturalistes de Belgique va permettre de multiplier les connaissances des sites gérés par le CENCA et de mieux les préserver.

Un papillon qui fréquente les pelouses sèches entourées de lisières forestières et parsemées de petits buissons s'est laissé photographier : le Flambé. 

Flambé - photo de A. d'Ocquier

Cette espèce, inscrite en Liste Rouge Régionale comme espèce en danger, pond essentiellement sur les prunelliers, beaucoup plus rarement sur les aubépines.

Le déclin de cette espèce s'explique en partie par l'abandon, dans les années 1960, des pratiques agro-pastorales mises en place dans les pelouses sèches.

C'est pour cela notamment que les gestionnaires de la réserve ont décidé de gérer ces pelouses par éco-pâturage.

A lire également

  • Maison de l'étang - vu de derrière

    Ancienne maison de l'étang - RNR des étangs de Belval-...

    Le 23/02/2018
    Depuis que la réserve a été créée, les gestionnaires recherchaient des photos de l'ancienne maison de l'étang qui avait disparu suite à un incendie dans les années 1995. Cette maison a été un lieu de vie incontournable des étangs de Belval. Elle a servi de maison pour le gardien de l'étang pendant de nombreuses années avant de devenir un gîte.
  • Travaux sur la Butte de Taloison
    © Romaric Leconte / CENCA

    Plus de lumière pour les habitants de la Butte de Taloison

    Le 22/02/2018
    Site naturel emblématique du sud du Plateau de Langres, la Butte de Taloison subit inlassablement les assauts des pins qui se ressèment et grandissent. Au risque de faire disparaître, à terme, cette pelouse sèche si particulière – un type montagnard très rare ici – et les espèces qui y vivent. Les naturalistes et le CENCA, gestionnaire de ces parcelles communales depuis 1990, ont fait le choix de lutter contre cette fermeture du milieu.