Premiers résultats du comptage international Wetlands

© A. Antoine - CENCA
24 Janvier 2018

Pour la deuxième année consécutive depuis qu'il est gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale de l'Etang de la Horre, le Conservatoire d'espaces naturels a participé à cette opération de dénombrement annuel des oiseaux d'eau. Au total 4 353 individus ont été recensés. Parmi les 26 espèces présentes, la Sarcelle d'hiver arrive sans conteste en haut du classement puisqu'elle concentre à elle seule plus de la moitié (2381 soit 54 %) des effectifs. Elle est suivie par une belle population de Fuligule milouin (1 022 soit 23 %).

Quelques belles surprises : 3 panures à moustaches ont été observées dans les roselières, 1 Cygne chanteur, 4 Cygnes de Bewick, quelques harles bièvre et piette.

Un fuligule morillon a pu être identifié grâce à sa selle nasale bleue. Il s'agit d'un individu bagué au Lac du Der en 2015. Il fait partie du programme de Baguage et de Marquage nasale initié par l'ONCFS afin d’obtenir des informations sur d’éventuels changements entre les populations et le taux de survie de l’espèce.

A noter, même s'il ne fait pas partie du comptage, la présence du Pygargue à queue blanche.

A lire également

  • Maison de l'étang - vu de derrière

    Ancienne maison de l'étang - RNR des étangs de Belval-...

    Le 23/02/2018
    Depuis que la réserve a été créée, les gestionnaires recherchaient des photos de l'ancienne maison de l'étang qui avait disparu suite à un incendie dans les années 1995. Cette maison a été un lieu de vie incontournable des étangs de Belval. Elle a servi de maison pour le gardien de l'étang pendant de nombreuses années avant de devenir un gîte.
  • Travaux sur la Butte de Taloison
    © Romaric Leconte / CENCA

    Plus de lumière pour les habitants de la Butte de Taloison

    Le 22/02/2018
    Site naturel emblématique du sud du Plateau de Langres, la Butte de Taloison subit inlassablement les assauts des pins qui se ressèment et grandissent. Au risque de faire disparaître, à terme, cette pelouse sèche si particulière – un type montagnard très rare ici – et les espèces qui y vivent. Les naturalistes et le CENCA, gestionnaire de ces parcelles communales depuis 1990, ont fait le choix de lutter contre cette fermeture du milieu.