Suivi des oiseaux paludicoles de la RNN de l’Etang de la Horre

Rousserolle turdoÏde
Rousserolle turdoïde
7 Septembre 2018

 

Qu’est ce que c’est « paludicole » ? :

Ce mot vient du latin palus, paludis, « marais, étang » et colo, « habiter » et signifie donc littéralement « qui habite les marais ». Les espèces d’oiseaux vivants dans les roselières et les bords d’étangs ou de marais sont donc des oiseaux dits paludicoles.

Parmi la longue liste d’oiseaux des roselières, certaines espèces sont remarquables et protégées. Ces espèces particulières sont donc suivies sur la réserve. C’est le cas de la Rousserolle turdoïde, de la Locustelle luscinioïde, de la Gorgebleue à miroir et du Blongios nain.

Pour avoir une idée du nombre d’individus nicheurs, plusieurs passages en canoë sont réalisés sur l’étang, le long de toutes les roselières. Les mâles chanteurs territoriaux sont alors cartographiés. Un mâle chanteur indique un couple potentiel.

Cette année nous avons répertorié 19 mâles de Gorgebleue à miroir, 14 de Locustelle luscinioïde, 7 de Blongios nain et 59 de Rousserolle turdoïde ! Ce qui fait de la réserve le site numéro 1 pour la reproduction de la Rousserolle turdoïde et le Blongios nain dans la région. C’est également l’un des trois meilleurs sites de reproduction pour la Gorgebleue et la Locustelle luscinioïde.

Tous les chiffres sont en hausse par rapport à l’année passée (+6 pour les gorgebleues, + 2 locustelles luscinioïdes, + 3 blongios et + 24 rousserolles turdoïdes). Ces augmentations d’effectifs peuvent en partie être dues au niveau d’eau de l’étang. Cette année a été moins sèche que la précédente et les niveaux d’eau un peu plus élévés ont été plus favorables pour les roselières et certaines espèces.

Merci à tous les bénévoles, pour leur participation aux suivis !

A lire également

  • Chlorocordulie à tâches jaunes (Somatochlora flavomaculata) © André Cherpin

    Sortie nature à la découverte des libellules

    Le 11/07/2019
    Samedi 6 juillet 2019, nous sommes partis à la découverte des libellules de la réserve. Avec plus de 40 espèces différentes déjà observées, le site est idéal pour apprendre à les connaitre ! Cette sortie fut l'occasion d'en savoir un peu plus sur la biologie et le cycle de vie de ces insectes et d'apprendre à utiliser une clé de détermination pour identifier les différentes espèces.
  • © CEN Champagne-Ardenne / Manon Chautard

    8 hectares de marais préservés dans l’Aube

    Le 08/07/2019
    La zone humide des Gros Prés vient de rejoindre le réseau de sites préservés par le Conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne. Située à Neuville-sur-Vanne, elle vient compléter les 30 hectares gérés dans les marais de la Vanne depuis 1996. Émergeant comme une île au milieu de la plaine céréalière, ce marais constitue un réservoir de biodiversité et une précieuse réserve d’eau potable.